• Fanfiction écrite par: Diamond Mask
    Traduite par: Allezhopunptitverredesake

    Lien de la fic en VO (anglais) ICI
    Lien de la fic en VF ICI [pas encore publiée sur ff.net]

    Version NON-corrigée par la bêta d'Allezhopunptitverredesake. 

    Contient PLUS OU MOINS des scènes à caractère SEXUEL! Don't read if you don't like it, duh



    Disclaimer: Rien n’est à moi, pas plus qu’à l’auteur!

    -

    -

    « P-Pourquoi est-ce que ça doit toujours être toi au dessus ? »

    Suzaku, parfaitement entortillé autour du plus petit, grogna tout en continuant de remuer ses hanches dans un mouvement de va et vient. « Lelouch » Haleta-il, « pourquoi est ce que tu t’obstines toujours à gâcher le moment ? »

    Le prince eut le souffle coupé, et laissa tomber ses bras de chaque côté de son corps. C’était trop d’effort que de tenir le dos de Suzaku, surtout quand le chevalier s’entêtait à bouger aussi vigoureusement.

    «  C’est pas juste, » grommela-il. « Tu ne me laisses jamais une chance… je suis plus vieux. Je suis un prince. »

    « - un ex-prince, »corrigea Suzaku, soulevant les hanches de Lelouch. « Oh, bon sang, Lelouch… »

    Mordant ses lèvres pour garder son cri pour lui, Lelouch gronda entre ses dents serrées, « Du sang royal reste du sang royal. Je suis la personne ayant la plus grande autorité dans cette relation. »

    « - Oh vraiment ? » Suzaku se pencha, mordillant gentiment le lobe d’une des oreilles de son amant et murmura d’une voix rauque, « Si tu veux vraiment jouer au prince, Lulu, alors donne-moi des ordres. Prends-moi. Exige que je me donne à toi… Si tu y arrives.”

    Les yeux de Lelouch prirent une teinte furieuse alors que Suzaku augmentait avec détermination l’allure et la force des ses mouvements. « C-Connard ! »

    Le rire malicieux de Suzaku disparu dans le grand cri qui les entraîna les deux dans un tourbillon de félicité vertigineuse et les laissa étourdis et tremblants. Brillant de satisfaction, le chevalier tendit ses bras pour enlacer Lelouch – Suzaku adorait faire ce genre de choses, le prince l’avait appris assez tôt. Et il prenait outrageusement avantage du fait que Lelouch était aussi faible qu’un chaton après de tels efforts.  – En effet, Lelouch n’était pas capable de se dégager de son étreinte.

    « - Dégage, » marmonna-il contre l’épaule de Suzaku.

    Le japonais sourit, pressant un baiser affectueux contre la sombre chevelure devenue humide. « Fais-moi partir, alors ». Chuchota-il

    Lelouch essaya de paraître menaçant- et réussi seulement à faire la moue d’une manière adorable.

    « - Je suis sérieux, Suzaku. »

    “- Et moi, je t’aime, Lelouch”.

     “- Ne dis pas ça.”

    Suzaku se pelotonna encore plus, restreignant d’avantage les faibles tentatives de lutte de Lelouch. « Vraiment, je suis honnête. » murmura-il. « Tu ne me crois pas ? »

    « - Bien sûr que si imbécile, mais ce n’est pas la question ! »

    Son amant le regarda sérieusement et ajouta : « L’amour est tout ce dont nous avons besoin, Lulu. »

    « - Arrête ça ! »

    L’expression sérieuse devint faussement blessée. « - Tu ne m’aimes pas, Lelouch ? » Demanda-il tristement, attrapant entre les siennes une des faibles mains du brun.

    Lelouch se renfrogna, un rougissement apparaissant à une vitesse affolante sur son visage pâle, alors que Suzaku commençait à rire. « Kururugi, dehors ! »

    « Allez, Lulu. Je plaisantais.”

    “- Je suis sérieux, Kururugi : la prochaine fois, je veux être au dessus. Je veux te dominer, Sinon-» Les yeux violets se rétrécirent d’une manière sinistre. «  Tu passeras chaque nuit de maintenant jusqu’à l’éternité sur le canapé. Tout seul. Avec rien d’autre que ta main pour compagnie»

    Suzaku grimaça.

    « - Lelouch, chéri-»

    “- Me parler gentiment ne servira à rien” rétorqua le prince avec froideur « Je veux des résultats. Je veux t’avoir ! »

    Le chevalier cligna des yeux. Lelouch était vraiment sérieux. Mais… juste penser au côté pratique de l’affaire donnait envie à Suzaku de se jeter sur le sol et d’hurler de rire jusqu’à ce que son corps entier lui fasse mal.
    Lelouch, le dominer physiquement, lui ? Suzaku Kururugi ? Lelouch, celui dont la montée de quelques marches d’escaliers le laissait hors d’haleine ? Non. Son prince ne pouvait pas dominer au lit, il n’avait même pas un quart de l’endurance nécessaire – et ce n’était pas la fierté de Suzaku qui parlait, c’était sa préoccupation pour Lelouch. Si Lelouch en était incapable- et c’était clairement le cas- sa fierté en prendrait un sacré coup, et s’il y avait bien une chose que Suzaku voulait éviter, c’était celle là. Après tout, une partie du charme du prince résidait dans son adorable arrogance et dans sa confiance en lui démesurée.

    « - Lelouch, tu ne peux pas être sérieux. » Protesta-il faiblement.

    L’expression de Lelouch se fit plus dure. « Si, je le suis. »

    « - Mais… »

    “- Si tu as une quelconque objection, Kururugi, dis la moi, maintenant. – ça ne veut pas dire que j’écouterai. Lui dit silencieusement son regard.

    « - C’est juste que…” Hésita Suzaku. Vraiment…il ne voulait pas être jeté hors du lit pour quelque chose d’aussi stupide. Il se glissa furtivement plus près, glissant son bras gauche sur la mince cambrure des reins de Lelouch. Ses doits commencèrent à caresser le bas de son dos avec précaution, restant proche de ses fesses. Un sourire commença lentement à se former alors qu’il trouvait la solution pour ne pas heurter l’illusion de grandeur de Lelouch.

    « - Il y une simple explication pour tout ça, Lulu. »

     “- Vraiment.”

    Son sourire prit soudain un tour sournois, et Suzaku laissa ses doits descendre délibérément plus près du fessier de Lelouch. « Ouais », reprit-il. «  Une simple raison tout à fait acceptable… que même toi, tu ne peux pas nier.. »

    « - Mmmm » Inconsciemment, Lelouch se cambra sous les doigts de son amant. « Attends, ne… »

    « - Je ne peux pas attendre, Lelouch, tu ne réalises pas que tu es né pour être aimé ? »

    Les yeux de Lelouch battirent puis se fermèrent contre sa volonté, et sa faible protestation manifestée par un « quoi ? » fut rapidement avalée par les lèvres de Suzaku.

    -

    -

     

    « Ne me touche pas. N’essaye même pas. »

    Suzaku s’appuya sur un de ses coudes pour pouvoir voir le visage de son prince. « Il fallait que je te le prouve » dit-il doucement « Ce n’est pas ma faute si tu es complètement sans défense. Et tu fais les couinements les plus mignons quand j’utilise ma…»

    « - Tu es condamné au canapé pour une année, Kururugi. »

    Suzaku eut un petit sourire satisfait et déposa un baiser sur l’épaule du brun. Son prince était tellement adorable quand il boudait… Il bailla largement, se collant contre Lelouch.

    « - Le canapé » Répéta Lelouch passablement irrité.

    « - Nnngh »

    Lelouch aurait pu  le pousser hors du lit- et ça lui aurait appris à cet idiot ! – mais Suzaku était lourd, et le pauvre prince était si épuisé par cette folle nuit d’amour que ses bras avaient la consistance de spaghettis trop cuits. Et il était si, si fatigué…

    Très bien. Il allait permettre à Suzaku de rester dans son lit avec lui.

    “- D’accord”. Siffla-il en se tournant pour faire face à l’autre garçon. « Je te laisse rester. Je te permets de rester. Tu m’entends ?”

    Suzaku sourit à moitié endormi. «  Je t’aime aussi ».

    Lelouch vira cramoisi à nouveau. « Idiot ». répondit-il, en se retournant, sentant Suzaku se presser contre son dos nu. 

    Le chevalier resta réveillé, attendant. Un petit moment plus tard, une voix s’éleva à contre cœur des ténèbres de la pièce.

    « - je t’aime aussi, même si tu es complètement exaspérant. »

    La seule chose que Suzaku fit, fut de sourire et de le serrer encore plus fort.

    -

    Fin

     

    -

     

    N/trad. Voila, j’éspère que j’ai pas trop ruiné le travail de Diamond Mask!

    Merci à ceux qui ont lu!


     

    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique